Le Petit Nicolas, histoire d'un succès

 

 

Un personnage universel

 

Créé par deux humoristes de génie, René Goscinny pour les textes et Jean Jacques Sempé pour les dessins, le Petit Nicolas est devenu un classique de notre littérature. « L’univers du Petit Nicolas est un monde idéal. C’est l’enfance que Goscinny et moi aurions aimé avoir. C’est le grand talent de Goscinny d’avoir réussi à créer un monde de gosses tel que tout le monde en rêve. Il n’y a jamais de drame dans le vie de Nicolas » explique Sempé. L’humour de Goscinny et la poésie de Sempé ont rendu ce personnage si universellement attachant qu’il séduit toutes les générations dans le monde entier. 

 

 

 

 

Goscinny - Sempé : la rencontre

 

« Un jour, j’ai rencontré René Goscinny, qui venait de débarquer des États-Unis. On est devenus copains tout de suite. J’avais 21 ans, il devait en avoir 27. C’était mon premier ami parisien, autant dire mon premier ami », se souvient Sempé. 

Les deux jeunes auteurs travaillent alors pour une agence de presse située aux Champs-Élysées et ils décident d’associer leurs talents. 

A cette époque, René Goscinny est le talentueux co-auteur et scénariste des aventures de Lucky Luke et il a déjà créé avec Uderzo nombre de séries dont Oumpah-Pah, Jean Pistolet, Luc Junior, Bill Blanchart

Sempé lui, place ses premiers dessins de presse dans de nombreux titres tel que Le Rire, Noir et Blanc, Ici Paris, Samedi Soir, France Dimanche… 

En 1956, Goscinny et Sempé qui travaillent tout deux pour un journal belge, Le Moustique, réalisent une bande dessinée d’une trentaine de planches. C’est l’ébauche du Petit Nicolas. L’expérience fait long feu.

 

 

 

 

 

La naissance du Petit Nicolas

 

Trois ans plus tard, le rédacteur en chef de Sud Ouest Dimanche leur demande une histoire pour son numéro de Pâques. Les deux amis reprennent leur personnage et, cette fois-ci, Goscinny troque sa casquette de scénariste pour celle de conteur. « Il arriva avec un texte dans lequel un enfant Nicolas, racontait sa vie, avec ses copains qui avaient tous des noms bizarres : Rufus, Alceste, Maixent, Agnan, Clotaire…Le surveillant général était surnommé Le Bouillon. C’était parti : René avait trouvé la formule » expliquera Sempé qui ajoutera : «  Il a tout inventé ». 

Le 29 mars 1959 paraît la première aventure du Petit Nicolas sous forme de conte écrit par Goscinny et illustré par Sempé. C’est l’acte de naissance du héros. A l’origine, un seul épisode des aventures du Petit Nicolas était prévu. Le courrier des lecteurs est enthousiaste et le journal leur demande de continuer. Pendant sept ans, toutes les semaines, paraît une nouvelle aventure. Quelques mois plus tard, en octobre 1959, Le Petit Nicolas fait une entrée remarquée dans un nouveau journal pour la jeunesse, le bientôt légendaire magazine Pilote. Le jeune écolier y côtoie l’autre grande création de Goscinny, Astérix le gaulois

 

 

 

 

Des début difficiles

 

Dès 1960, sort en librairie le premier volume du Petit Nicolas qu’un éditeur Axel Graal a découvert dans le journal locale lors de ses vacances sur la côte basque. 

« Le premier volume n’a absolument pas marché » raconte Sempé. C’est l’émission de télévision, Lecture pour Tous, qui lance Le Petit Nicolas, grâce à la présence sur le plateau de ses deux créateurs dont le duo crève l’écran.

Les cinq premiers volumes qui paraissent chaque année de 1960 à 1965 deviennent progressivement des ouvrages de références :  Le Petit Nicolas, Les récrés du Petit Nicolas, Les vacances du Petit Nicolas, Le Petit Nicolas et les copains, Le Petit Nicolas a des ennuis. 

 

 

 

 

Souvenirs d'écoliers

 

Pour écrire et dessiner les aventures du Petit Nicolas, les deux auteurs mettent en partage leurs souvenirs d’écoliers. Récits autobiographiques, le Petit Nicolas est une formidable étude de mœurs sur l’enfance.

« Quand je serai grand je m’achèterai  une classe rien que pour jouer dedans », raconte le Petit Nicolas. Dès la première histoire Goscinny trouve le ton. Il met au point un langage de gosse qui va séduire les enfants. C’est Nicolas qui raconte à hauteur d’enfant. Mèche au vent, sourire aux lèvres et cartable à la main, en quelques traits, Sempé campe le héros immédiatement identifiable. Goscinny écrit intégralement toutes les histoires que Sempé illustre d’un, deux, trois ou quatre dessins au grès de son inspiration.

 

 

 

Un chouette tas de copains !

 

Au fil des aventures, les lecteurs découvrent les divers personnages dont les caractéristiques bien particulières finissent par se fondre dans un moule universel. Si bien que chaque lecteur se reconnaît à un moment ou à un autre dans ce gros chouette tas de copains : «  Papa m’a demandé de choisir un meilleur ami… Alors moi, j’ai proposé à papa Alceste, qui peut manger tout le temps et qui n’est jamais malade. Après Alceste, j’ai parlé à papa de Geoffroy, qui a des tas de qualités intéressantes : son papa est très riche et il lui achète des jouets, et Geoffroy les donnes quelquefois aux copains pour finir de les casser. Il y a Eudes, qui est très fort et qui donne beaucoup de coups de poing…Il y a aussi Rufus, qui a, comme les autres, beaucoup de qualités : il a un sifflet à roulette et son papa est agent de police. Et puis il y a Maixent, qui court très vite, et qui a des gros genoux sales. Et puis, Joachim, qui n’aime pas prêter des choses, mais qui a toujours des tas de sous sur lui pour acheter des caramels ; et nous on le regarde manger. Et puis je me suis arrêté parce que papa me regardait avec des yeux ronds ». Quelques adultes évoluent dans cet univers. Au pavillon de banlieue avec son petit jardin, s’ajoutent l’école – sa classe, sa cour de récré et sa grille -, la rue avec ses commerces et le fameux terrain vague. Entre joie de vivre et nostalgie…

 

 

Un succès international

 

En 2004, Anne Goscinny exhume des archives de son père des dizaines d’histoires qui n’avaient jamais été publiées en livre. Le succès des Histoires inédites du Petit Nicolas est phénoménal et hisse le héros de Goscinny et Sempé au rang de best-seller. Deux autres opus viennent compléter la série : le volume 2 des Histoires inédites et Le ballon et autres histoires inédites. 

Avec 15 millions d’exemplaires vendus pour l’ensemble des titres, traduits dans 45 pays, le Petit Nicolas devient un héros international. 

 

 

 

Cinéma et télévision

 

En 2009, Le Petit Nicolas passe de l’écrit à l’écran. Le film avec Kad Merad et Valérie Lemercier attire 5,7 millions de spectateurs. La même année, le célèbre écolier s’anime en 3D et en couleur à la télévision. La série de 104 épisodes en dessin animée est diffusée dans le monde entier. 

En 2014, un deuxième film, Les vacances du Petit Nicolas, confirme que le héros de Goscinny et de Sempé est indémodable. 

 

Le Petit Nicolas est un classique de la littérature. Pour l’apprentissage de la lecture, ses aventures sont prescrites par les instituteurs et professeurs. Des milliers d’enfants lui doivent l’essentiel : l’amour de la lecture. 

La force de cette œuvre est de séduire toutes les générations. . 

Les enfants se retrouvent. Les parents se souviennent.

 

 

 

L’intégralité des aventures du Petit Nicolas représentent 222 histoires publiées en 14 volumes chez IMAV éditions et en Folio Junior. Egalement disponibles en éditions numériques. Ventes annuelles : environ 300 000ex. pour toute la série. 
 
Le Petit Nicolas en quelques chiffres : 
• 15 millions d’exemplaires vendus dans le monde 
• Traduit dans plus de 40 langues. Best seller notamment en Allemagne, Pologne., Corée du sud, Chine, République Tchèque, Grèce… 
• 300 000 titres vendus par an en France 
• Deux films live Le Petit Nicolas en 2009 et Les vacances du Petit Nicolas en 2014 : 8 millions d’entrées en France 
• Un dessin animé (M6) deux saisons : 104 épisodes. 
• Prescrit par l’Education Nationale. Des milliers d’écoliers apprennent à lire avec Le Petit Nicolas